tous mes voeux …. tristes

Il y a quelques jours, j’étais convié à un apéro dinatoire avec quelques ami(e)s, accompagné(e)s de leur épouse/mari dont certains sont radioamateurs. Plusieurs invité(e)s se sont sentis coupables de remplir leur verre de sangria, de whisky, de mojito ou de vin rouge, blanc, rosé et de taper dans le pot de rillettes, de saucisson, de tranches de magret de canard, de filet de bœuf et de porc finement tranché, de quiche, de jambon et saucisses de toutes sortes. Mais merde ! c’est quoi cette connerie de se sentir coupable à ne plus pouvoir boire et manger selon nos aspirations de Français Gaulois ? En discutant avec elles/eux de leur changement de consommateur, ils ont des arguments bien formatés et tellement cons que je n’ai pas osé poursuivre un quelconque dialogue. ils arriveraient à me mettre en colère.
mais qui sont ces connasses/connards qui vous culpabilisent de manger de la viande, de boire plusieurs apéros et verres de vin et qui nous interdisent mater un beau cul offert sciemment à la vue de tous et de toutes aussi ! Ils font chier ces moralisateurs. qu’ils aillent tous se faire foutre et aillent bouffer les pissenlits par la racine tournés vers une quelconque direction mais qu’elles/ils ne nous cassent plus les cou… je les conchie toutes et tous, végans, catholiques, islamistes, indouistes, juifs, chrétiens, adorateur de la lune ou de la 24ème planète de Bételgeuse, féministes, puritains, empêcheur de tourner en rond et bien d’autres encore.
je ne mange pas spécialement casher, ou végan, ou hallal et je ne suis pas brouteur d’herbe et je n’en ai jamais fumé non plus.
haaa ! un bon saucisson pour accompagner 2 ou 3 petits jaunes ou verres de rouge, un pot de rillettes tartiné sur un pain de campagne croustillant avec un verre de rosé suivi d’un tartare avec un œuf ‘à cheval’ arrosé d’un petit rouge pour accompagner un bon calendos bien fait et bien puant ….

mais qu’est ce qui se passe, vous mes ami(e)s de très longue date, vous êtes devenus une bande de couilles molles et de nichons flétris. je ne vous reconnais plus vous mes potesses et potos, jadis épicuriens. qu’est ce qu’il vous est arrivé ? quel bourdon barbu ou quelle mouche velue vous a piqué ? Ça me perturbe d’envisager de ne plus pouvoir vous fréquenter vous mes anciens vrais potos avec qui nous étions très proches. Je ne pourrai plus vous inviter à bouffer. je ne sais pas cuisiner les légumes sauf la choucroute. et quant à répondre à votre invitation à manger… boire de l’eau et bouffer de la paille, Non merci.
Votre changement d’état d’esprit me glace partout. mais si vous êtes vraiment convaincus de votre nouvelle voie, alors au revoir, bonne route et peut-être à bientôt. c’est ce que j’espère, lorsque vous aurez compris que vous comme moi, nous sommes Gaulois avant tout et que la ripaille fait partie de Nous. Oui, je venais pour vous présenter tous mes vœux de bonne et heureuse année…. à ce que je viens de voir de vous, vous n’en prenez pas le chemin.

error: Content is protected !!